Hôpital Riviera-Chablais, Vaud-Valais, Suisse (2019). Architectes associés ; Groupe-6 et GD architectes. Photo : ©Thomas Jantscher
Hôpital Riviera-Chablais, Vaud-Valais, Suisse (2019). Architectes associés ; Groupe-6 et GD architectes. Photo : ©Thomas Jantscher

Confiné.e.s

Confiné.e.s : Groupe-6

Face au confinement imposé à tous pour contrer la propagation du virus Covid-19, nombre d’architectes ont dû adapter leur pratique et leur méthode de travail à ce nouveau rythme de vie. La série « Confiné.e.s » leur donne la parole, en interrogeant leur vision de la situation — mais aussi leurs recommandations culturelles.
Aujourd’hui, les réponses d’Antoine Buisseret, architecte associé – directeur exécutif de Groupe-6. L’actualité de l’agence : l’Hôpital Riviera-Chablais à Vaud-Valais en Suisse. Un projet entièrement co-conçu avec l’agence suisse GD architectes.

L’Architecture d’Aujourd’hui : Où êtes-vous confiné et comment vous êtes-vous organisé pour poursuivre votre activité ?
Antoine Buisseret (Groupe-6) : Je suis confiné en famille dans notre maison en plein cœur du massif de la Chartreuse près de Grenoble où est située notre agence principale. Ma seconde base est à Paris, car je travaille la moitié du temps dans chacune. Je mesure le privilège d’être en pleine nature et près de mes enfants pour cette période hors du temps et parfois anxiogène. Comme plus des 2/3 de l’agence, je suis organisé en télétravail. Le fait que notre agence soit implantée sur deux sites, à Paris et à Grenoble, et que nous ayons des projets à travers la France et l’Europe a forgé chez Groupe-6 une culture du travail en réseau depuis de nombreuses années. Nous disposons tous d’un accès à distance à nos outils et nos serveurs comme si nous étions à l’agence.
L’activité de nos chantiers a été majoritairement suspendue mais pour le reste, les délais de rendu ont été maintenus ou parfois seulement rallongés. Nous avons par exemple deux concours majeurs que nous finalisons en télétravail : le concours de l’Aréna 2 Porte de la Chapelle pour les JO pour lequel la MOA a souhaité maintenir au mieux les échéances. Le rendu se fera la semaine prochaine ! C’est le cas également du concours de l’Hôpital Grand Paris Nord que nous finalisons avec les architectes d’OMA entre Paris et Rotterdam. Le rendu a quant à lui été reporté après le confinement, au 15 juin, en maintenant film et maquettes.

Confinement et architecture sont-ils antinomiques ?
Oui, je le pense profondément. Bien que notre matière première soit intellectuelle et nécessite parfois de prendre du recul, le travail en mode projet est un travail collectif qui a besoin de prendre vie autour de l’échange direct, des croquis et des maquettes. Nous pratiquons un métier à haute valeur affective et émotionnelle. Pour partager nos enthousiasmes, souvent nos doutes, et enrichir nos recherches, nous avons besoin d’interagir physiquement. Rien ne remplacera un échange autour d’une bonne entrecôte avec un bon cru ! Groupe-6 s’est là aussi forgé une culture du travail collectif et d’enrichissement mutuel.
Le télétravail a ses limites. Et même si nous échangeons beaucoup en groupe via les outils partagés type Skype ou Teamviewer, nous nous rendons compte après seulement 2 semaines de confinement du manque d’échanges directs entre nous.

Quelles leçons pensez-vous tirer de l’impact écologique de cette crise ?
Il suffit de constater la baisse des émissions au niveau mondial depuis le début de la crise. Les villes sont devenues silencieuses et l’on y redécouvre le chant des oiseaux. Chacun prend la mesure d’une certaine sobriété et de nouvelles chaînes de solidarités, qui vont de pair avec l’écologie, se mettent en place. En quelques semaines, la planète entière a changé son mode de vie pour faire face à l’urgence sanitaire, comme quoi quand nous sommes au pied du mur nous nous adaptons car nous n’avons pas le choix. Saurons-nous en tirer les leçons face aux défis environnementaux ?

Un livre à lire pendant le confinement ?
L’hôpital, une nouvelle industrie de Stéphane Velut (Éditions Tracts chez Gallimard) qui dresse un portrait incisif et humaniste de l’évolution de l’hôpital public.

Un compte à suivre sur les réseaux sociaux ?
Je recommande le compte Instagram de l’artiste contemporaine Patricia Piccinini (@patricia.piccinini)

Qu’espérez-vous de cette expérience ?
Un retour à l’essentiel ! Qu’elle réinterroge le sens des valeurs en replaçant écologie et humanisme au cœur de la société : « Trouver les causes d’un mal, c’est recréer un cadre sécurisant, reconstituer une cohérence de laquelle sortira logiquement l’indication des remèdes. » (La Peur en Occident : Une cité assiégée (XIVe-XVIIe siècle) de Jean Delumeau, Fayard, 1978).

Quel impact a ce confinement sur la perception de votre espace de travail et, inversement, de votre espace domestique ?
En temps normal je n’aime pas ramener mon travail à la maison et préfère revenir à l’agence pour les charrettes (et aussi les partager à plusieurs pour revenir à la dimension collective de notre travail). Je suis assez sensible à l’espace, sa fonction et ses rituels : « l’agence » n’est pas un simple espace de travail, elle a quelque-chose de « sacré », elle est l’incarnation du lieu où l’on conçoit et il est pour moi très difficile de la transposer dans mon univers domestique.
Même pour un travail personnel je préfère revenir sur mon lieu de travail. J’ai de jeunes enfants à la maison et il est difficile pour eux de comprendre la frontière entre « Papa est dispo à la maison » et « Papa travaille à la maison » !
J’ai installé mon poste de travail dans une petite chambre d’amis avec un petit coin bureau, aussi pour ne pas trop laisser entrer l’espace de travail dans la maison (et ne pas forcément laisser entrer tous ceux avec qui j’échange sur Skype dans mon espace personnel !). Je suis dans une situation un peu atypique avec la montagne comme jardin, donc une partie de mon travail se fait au téléphone en marchant !

 

La quiétude du lieu de confinement d'Antoine Buisseret.
La quiétude du lieu de confinement d’Antoine Buisseret.

 

_____________

Le site de groupe-6.

Réagissez à cet article