Actualités

Titan Architectes : architecture des musées dédiés à Georges Clemenceau

Suite aux deux concours remportés en 2015, l’agence Titan Architectes travaille actuellement sur la rénovation et l’aménagement muséographique de la maison natale de Georges Clemenceau à Mouilleron-en-Pareds – pour le service des Musées de France et la direction régionale des affaires culturelles des Pays-de-la-Loire –, dont la livraison est prévue en février 2018, ainsi que sur la reconstruction du bâtiment d’accueil de la maison Clemenceau à Saint-Vincent-sur-Jard – pour le Centre des monuments nationaux –, qui devrait ouvrir en novembre 2017.

Le projet de Mouilleron-en-Pareds présentera la vie de Clemenceau et sera en lien avec celui sur le Maréchal de Lattre de Tassigny lui aussi né dans la commune. Il révélera au grand public le lien qu’entretenait Clemenceau avec la Vendée, son parcours d’homme publique et son parcours d’homme privé. Le projet comprend la réhabilitation et l’aménagement muséographique de la maison, du jardin, ainsi que de la grange attenante pour y créer un musée ouvert en soirée. Le défi majeur consistera à préserver le caractère original de l’édifice tout en essayant de le rendre plus contemporain dans la rationalité de son utilisation et dans sa scénographie. C’est donc afin de préserver le caractère authentique de l’édifice que l’agence prit le parti de n’utiliser que des matériaux de la région et de faire appel à des artisans locaux, dont le savoir-faire permettra d’assurer une continuité des procédés de construction et de rénovation de l’édifice. François Guinaudeau, associé de Titan Architectes, répond aux questions de la journaliste Joana Lazarova.

Le Musée national Clemenceau. © Titan
Le Musée national Clemenceau. © Titan

Joana Lazarova : Les deux projets s’unissent sur les trois défis principaux liés à leur construction : le développement urbain, la muséographie et l’architecture. Quelles sont les clés pour réaliser ce projet sous l’angle de ces trois problématiques ?

François Guinaudeau Le point commun des deux projets est bien sûr Georges Clemenceau. Il est né dans la maison bourgeoise de Mouilleron-en-Pareds qui devient le Musée national et il a terminé sa vie dans sa « bicoque » de Saint-Vincent-sur-Jard face à la mer. Pour autant les deux projets sont très différents. Le premier joue sur un contraste subtil entre le contenant existant, la maison domestique et ses matériaux rustiques, et le contenu créé, l’exposition contemporaine et son design épuré. Des éléments architecturaux contemporains du même langage vont rythmer le parcours du visiteur du portail d’entrée pivotant, à l’ouverture monumentale de la grange en passant par l’escalier et la coursive suspendus.

Ces points de repère révèlent notre intervention tout en laissant une grande place à la muséographie qui réinterprète le mobilier traditionnel d’une maison sous forme de vitrines-objets pédagogiques. Nous nous sommes appuyés sur une équipe jeune et soudée. Titan Architectes a donné la ligne directrice du projet tout en laissant Le Bureau Baroque, scénographes, et De Long en Large, paysagistes, exprimer leur savoir-faire. Tout en mettant en valeur une collection unique, le Musée national respecte le caractère domestique de la maison natale et de son contexte.

Le second projet, contraint dès le départ par une volumétrie imposée s’installe dans le paysage comme un monolithe de sable. Sa coque entièrement en béton répond à la plage, aux dunes, au parvis, tout en affirmant clairement le passage de l’espace public ouvert vers le jardin intime de Clemenceau qu’il a conçu avec le peintre impressionniste Claude Monet. Nous avons détourné la contrainte en recréant « des volumes dans le volume » avec une grande nef centrale publique sur laquelle s’adossent deux volumes destinés au personnel. Tout en se fondant dans le paysage, l’édifice signale le Musée national.

Le Musée national Clemenceau. © Titan
Le Musée national Clemenceau. © Titan

Le design muséographique est souvent extrême : individualiste, élitiste, sculptural ou tout simplement impersonnel. Quelle approche avez-vous adoptée et comment a-t-elle émergée ?

Clemenceau était un personnage ambivalent, à la fois complexe et universaliste, il était ami des arts et amoureux des choses simples. Nous sommes partis de ce principe pour imaginer un parcours muséographique et une mise en scène sensibles tout en mettant en valeur l’ambiguïté du personnage. S’écarter, se décoller, effleurer ; nous avons cherché à mettre une légère distance entre la scénographie et la maison. Cela suggère au visiteur l’ajout d’éléments rapportés qui ne font pas partie de la maison d’origine tout en mettant en valeur des éléments anciens et symboliques comme les parquets et les cheminées. Le public qui pratique aujourd’hui les musées attend une expérience particulière, à la fois légère et précise.

Légère car les visiteurs viennent souvent en famille, et il s’agit d’un moment convivial et accessible à tous les membres de la famille. La visite doit être ludique pour les petits mais aussi pour les grands. Leur sens critique doit être sollicité et leur participation active. Précise car il est évident que le contenu ici délivré doit être juste et intéressant, il ne faut jamais renoncer à présenter un contenu complexe. Il est essentiel que ce type d’équipement participe à la culture de nos concitoyens. Un contenu complexe peut-être montré en utilisant des artifices ludiques et interactifs qui donneront des clefs de lecture et de compréhension.

Le Musée national Clemenceau. © Titan
Le Musée national Clemenceau. © Titan

Les dimensions et l’échelle : dans son ensemble, la variété spatiale est considérable. D’une certaine manière, la conception suit une radicale simplicité, mais elle est tout de même inusuelle. Bien que la plupart des musées optent pour le style « boîte blanche » vide et épuré, le design de celui-ci est bien différent. A l’intérieur, la majeure partie des objets et ornements architecturaux ont été reconstruits et reconçus afin de les intégrer à la nouvelle infrastructure au point qu’il soit difficile de les différencier.

« Radicale simplicité » : ces deux mots définissent parfaitement Georges Clemenceau.

Radical : en politique c’est sans aucun doute le radical qui a eu le plus d’influence sur notre pays. Ses actions : la laïcité, la police scientifique et la victoire de 1918 nous concernent directement aujourd’hui. Simplicité : Clemenceau aimait les choses simples, il était très attaché à son « pays » natal, la Vendée, et il aimait les plantes, l’art, l’écriture, voyager…

Nous avons constamment cherché l’équilibre entre radicalité et simplicité avec des éléments architecturaux volontairement contrastés et monumentaux, et des mobiliers muséographiques épurés, à taille humaine. L’idée étant de plonger le visiteur dans une expérience spatiale délicate tout en lui donnant les clés de compréhension de ce personnage complexe.

Le musée, à l’image de la vie de Clemenceau, sera une suite de dualités : local-international, domestique-public, patrimoine-actualité, privé-public, république-Vendée, ancrage territorial-voyages internationaux, rugosité-tendresse, tradition-modernité.

Pavillon d’accueil de la maison Clemenceau. © Titan

Le projet du musée offre une opportunité unique de repenser et d’étudier notre histoire. Le défi curatorial consiste à attirer l’intérêt d’un public international tout en impliquant et affectant les populations locales. Pourriez-vous expliquer votre idée d’intégrer des médias sociaux dans le projet ?

Ce futur musée se veut ouvert sur l’extérieur. Pour attirer de jeunes publics, il faut rompre avec l’image des musées passifs et introvertis. Il doit-être actif, ludique et connecté avec l’actualité. D’autant que certaines actualités font échos aux concepts développés par Clemenceau à son époque, la laïcité, le patriotisme, la République, la Justice sociale… Des dispositifs multimédias illustreront les liens entre cet homme moderne et notre société actuelle.

La scénographie évoquera ses liens avec l’étranger – la femme de Clemenceau était américaine, il a voyagé en Asie, en Egypte – et ses liens avec les autres sites vendéens – la maison de Saint-Vincent sur Jard, sa tombe, etc. Une combinaison fine entre architecture, scénographie, graphisme et multimédia invitera le visiteur à les pratiquer sur internet dans un premier temps et de s’y rendre par la suite.

Il y a aussi un musée avant le musée. En collaboration avec le ministère de la Culture et le service des Musées de France, Titan Architectes a imaginé un site internet éphémère rassemblant tous les acteurs du projet (maître d’ouvrage, architecte, scénographe, entreprise, restaurateur, visiteur, etc). Il vient d’être mis en ligne et vous propose de suivre la naissance du musée et de comprendre comment se fabrique un musée. Ce site sera relayé sur de nombreux réseaux sociaux et pourra perdurer après l’ouverture pour renforcer ce lien entre objets réels, patrimoine, musée et le public connecté, international, jeune ! La volonté est de sensibiliser un public plus large à notre histoire tout en amenant la culture à la portée de tous.

Pavillon d'accueil de la maison Clemenceau. © Titan
Pavillon d’accueil de la maison Clemenceau. © Titan

Visite de chantier avec Jean-Benoît Albertini, Préfet de la Vendée jusqu’en mai 2017, François Guinaudeau, associé de Titan Architectes, et Jean-François Bourasseau, Secrétaire général du Musée national Clemenceau-de Lattre :

Entretien réalisé par Joana Lazarova.

Informations techniques sur le Musée national Clemenceau :
Programme
– le Musée national Clemenceau
maitre d’ouvrage – ministère de la Culture et de la Communication, service des Musées de France, DRAC des Pays de la Loire
adresse – Mouilleron en Pareds – France
Budget – 1 800 000 € dont scénographie 400 000 €
Surface – 600 m2
Calendrier – 2014 – 2016
Equipe – titan (architectes-scénographes), le bureau baroque (scénographes), de long en large (paysagiste), svelt (graphistes), 8.18 (concepteur lumière), mazedia (concepteur multimédia), ecb (économiste), tribu énergie (ing. fluides), arest (ing. structure), symbiance (acousticien)

Information techniques sur le pavillon d’accueil de la maison de Clemenceau :
Programme – reconstruction du pavillon d’accueil de la maison Clemenceau
Maitre d’ouvrage – Centre des monuments nationaux, Direction de la Conservation des Monuments et des Collections
Adresse – Saint-Vincent sur Jard – France
Budget – 500 000 € dont aménagement paysager – 80 000 €
Surface – 125 m2
Calendrier – 2014 – 2017
Equipe – titan (architectes-paysagistes), ecb (économiste), luc moreau (ing. cfo-cfa), inddigo (ing. fluides), arest (ing. structure).

Réagissez à cet article