Le Centre Européen du Judaïsme (Paris), Stéphane Maupin architecte, 2019 ©DR
Le Centre Européen du Judaïsme (Paris), Stéphane Maupin architecte, 2019 ©DR

Confiné.e.s

Confiné.e.s : Stéphane Maupin

Face au confinement imposé à tous pour contrer la propagation du virus Covid-19, nombre d’architectes ont dû adapter leur pratique et leur méthode de travail à ce nouveau rythme de vie. La série « Confiné.e.s » leur donne la parole, en interrogeant leur vision de la situation — mais aussi leurs recommandations culturelles. Aujourd’hui, les réponses de l’architecte Stéphane Maupin, il livrait en 2019 le Centre Européen du Judaïsme à Paris.

Stéphane Maupin
Stéphane Maupin

L’Architecture d’Aujourd’hui : Où êtes-vous confiné et comment vous êtes-vous organisé pour poursuivre votre activité ?
Stéphane Maupin :
Un héros reste au front ! Je me suis confiné dans la cave du restaurant de la Tour d’Argent. Les jours s’y écoulent différemment en fonction de la bouteille que je déguste. Je peux même remonter le temps en fonction des millésimes que je me choisis. Tiens ! Je viens même de me taper une Romanée Conti de mon âge pour mon anniversaire ! De ma hune, j’y scrute les projets à la longue vue. Le soir, je me transforme en loup garou pour dévorer les promeneur.e.s de chien.e.s égaré.e.s dans la rue sombre.

Confinement et architecture sont-ils antinomiques ?
C’est vrai que j’ai tendance à dessiner mes projets comme des « carceri d’invenzione »…

Quelles leçons pensez-vous tirer de l’impact écologique de cette crise ?
Ah mais j’adore cette crise !
À chaque pied dehors, j’espère croiser Columbus [personnage incarné par Jesse Eisenberg dans le film Zombieland, comédie américaine réalisée par Ruben Fleischer, sortie en 2009, ndlr]. J’applique toutes les règles ! D’abord la numéro 3 : « Règle 3 : Méfiez-vous des toilettes : le lieu où un être humain est le plus vulnérable. Pensez toujours à vérifier, voire à vous barricader, quand vous passez sur le trône. Ceci est aussi valable pour tous les endroits où il n’y a qu’une sortie ». Puis la numéro 12 : « Règle 12 : Avoir sur soi un rouleau d’essuie-tout, n’oubliez pas qu’à Zombieland certains fluides sont souvent présents (vomi, glaires, pus, cervelle, tripes, sang) ». J’ai un faible pour la numéro 32 : « Règle 32 : Il faut jouir des petites choses, même si pour cela il faut casser tout plein de petites choses ». Je suis impatient de rencontrer Bill Murray (The Groundhog Day, Harold Ramis, 1993) et de finir dans les bras de Wichita…

Un film à voir / un livre à lire pendant le confinement ?
Une série : The Prisoner avec Patrick McGoohan. Un film, Le Rebelle par King Vidor… étonnamment d’actualité. Et bien sûr Bienvenue à Zombieland par Ruben Fleischer. Un livre, Histoire d’O de Pauline Réage. Et mon camarade, le colonel Kurtz, me recommande d’écouter à fond l’acte III des Walkyries de Richard Wagner…

Un compte à suivre sur les réseaux sociaux ?
Le mien, stephane_maupin, et celui de l’auteur de BD theo.grosjean sur instagram.

Qu’espérez-vous de cette expérience ?
J’espère une réinvention politique à l’image de la pandémie des projets urbains parisiens. Les édiles mourront dans d’atroces souffrances, puis agonisant, ils iront se réfugier chez les promoteurs. Ils travailleront plus, mieux et gratuitement.
De ma tranchée, je leur lancerai avec émotion : « Cette double crise nous oblige à faire mieux avec moins. Moins de budget, sans élus, moins de déchets, moins d’idées fossiles. C’est effectivement un formidable défi à relever, un défi à l’intelligence des villes ». Comme pour les légumes, on passera des publicités pour retrouver son architecte local. On renoncera au Japonais obligatoire… Allez, on osera même relancer les concours de marchés publics pour garantir la qualité des projets.

Quel impact a ce confinement sur la perception de votre espace espace de travail et, inversement, de votre espace domestique ?

Ainsi nous vivons, travaillons, mangeons, dormons, éduquons, chions… indifféremment au même endroit ? Je me demande si la chaleur de mon corps ou mon activité électrique ne servirait pas comme source d’énergie ? Qu’en pensez-vous M. Anderson ?

Le Centre Européen du Judaïsme (Paris), Stéphane Maupin architecte, 2019 ©DR
Le Centre Européen du Judaïsme (Paris), Stéphane Maupin architecte, 2019 ©DR

______

Le site de Stéphane Maupin.
______

Réagissez à cet article