Swan Lake Bridge House and Viewing Tower, Rongcheng, province du Shandong © Zhao Yilong
Swan Lake Bridge House and Viewing Tower, Rongcheng, province du Shandong © Zhao Yilong

Actualités

Form follows soul

Basée à Pékin depuis sa création en 2009 par Hua Li, l’agence Trace Architecture Office (TAO) s’oppose à toute approche formelle et conçoit ses bâtiments comme des « organismes vivants » liés à leur environnement. Parmi ses dernières réalisations, la Swan Lake Bridge House and Viewing Tower abrite un restaurant et une tour d’observation au sein d’une zone humide située à Rongcheng, à proximité de la mer Jaune, dans la province de Shandong, traversée chaque année par des migrations de cygnes. Entretien.

L’Architecture d’Aujourd’hui : La Chine connaît une urbanisation sans précédent. Dans ce contexte, quelle est votre position en tant qu’architecte ?

Hua Li : C’est celle d’un architecte indépendant et critique. La seule chose qui importe pour moi, au travers de mon architecture, c’est une recherche de la poésie et des origines. À mon avis, le rôle fondamental d’un architecte ne varie pas selon les époques ou les pays, même si, en Chine, nous sommes confrontés à des échelles et des accélérations d’une tout autre ampleur. En tant qu’architecte, il est donc essentiel de défendre sa liberté et son indépendance, aussi difficile que cela puisse paraître – parce que l’architecture est un acte de création artistique, qui doit donc exprimer le caractère individuel de l’artiste, au même titre, par exemple, que la calligraphie chinoise (…).

Pour lire l’article en intégralité cliquez sur l’image ci-dessous.

TAO_COUV

 —

Cet article est extrait du n°431 de L’Architecture d’Aujourd’hui — Chine, régénérations — paru en juin 2019 et toujours disponible sur notre boutique en ligne.

Réagissez à cet article