Actualités

Europan « iepen House » : une stratégie du vide

Tous les ans, le célèbre concours d’idée d’architecture et d’urbanisme « Europan » propose de décliner une thématique commune sur différents sites dans une vingtaine de pays européens. Le 3 décembre dernier étaient annoncés les lauréats de l’édition 2015 portant sur « la ville adaptable ». Récompensé d’une mention spéciale, le projet « Iepen House » repose sur la participation de la population locale pour développer des espaces publics dans les zones délaissées du centre-ville. Entretien avec les quatre auteurs du projet, Marco Manunta, Daniele Pasin, Lidia Savioli et Chiara Violi.

Pourquoi avoir choisi de participer à cette édition d’Europan ?
Participer à ce concours de renommée internationale représente l’occasion de se confronter à d’autres architectes de talent indépendamment du cadre professionnel. Par ailleurs, la possibilité de s’exprimer sur une thématique urbaine ouverte comme celle de la « ville adaptable » permet d’enrichir la réflexion personnelle.

Parmi les sites proposés, pourquoi avez-vous choisi la ville de Leeuwarden aux Pays-Bas ?
Principalement pour des raisons de faisabilité : le site en question accueillera la capitale européenne de la culture en 2018. Il impliquait donc un scénario urbain concret donnant de solides bases à la réflexion du projet. Cette particularité du site rend aussi le projet réalisable, notamment grâce au financement généré par l’évènement culturel.

Sur quelle analyse critique de la ville avez-vous appuyé votre réflexion ?
Face à la baisse d’attractivité du centre ville et l’exode de la population vers les périphéries, de plus en plus d’espaces sont laissés vacants à Leeuwarden. Le futur de ses espaces inoccupés constitue donc une réelle problématique pour la ville. Les investissements attribués à l’organisation de cet événement majeur, capitale européenne de la culture, sont l’occasion de redonner une fonction à ses espaces délaissés. S’ajoute à cela des valeurs communautaires qui ont perduré depuis l’époque où la lutte contre la montée des eaux sur la côte néerlandaise a conduit les habitants à unir leurs forces, une caractéristique qui a fortement guidé les intentions du projet.

xxComment définissez-vous le concept de votre projet ?
Mettre en place une régénération urbaine du centre-ville en réinterprétant les nombreux espaces vacants de la ville. De cette façon, le concept prévoit de réattribuer une fonction à des locaux commerciaux laissés à l’abandon pour en faire des espaces communs partagés et libres d’accès du type cuisine, bibliothèque ou autres espaces récréatifs. L’intérêt étant de proposer une intervention urbaine peu coûteuse qui se développe à partir du bâti existant et repose en grande partie sur l’esprit de solidarité des habitants.

Quelle suite envisagez-vous à ce projet ?
Malheureusement, pour des raisons financières, le projet ne sera pas réalisé, cependant il s’agissait surtout de développer une stratégie urbaine plus qu’une construction architecturale emblématique. L’objectif était de mettre en place un système qui pourrait s’exporter en s’adaptant à des villes souffrant des mêmes lacunes. Pour l’instant, nous avons donc développé un site web « Iepen House » qui informe les citoyens et des potentiels investisseurs pour susciter leur motivation et encourager leur participation à l’essor d’une telle intervention ailleurs.

Entretien réalisé par Amandine Aubrée.

carteeuropan

c

Pour en savoir plus sur le concours rendez-vous sur le site Europan.

 

Réagissez à cet article