Actualités

Archi en aparté : Gaspard Pinta

GASPARDPINTA
© Ward Ivan Rafik

À la manière d’un court questionnaire de Proust, AA interroge les architectes sur leur métier, leurs projets, leur vision de l’avenir. Aujourd’hui, rencontre avec Gaspard Pinta, architecte scénographe basé à Paris. Diplômé en 2005 de l’Ensa Paris-Belleville avec un mémoire et un projet de fin d’études portant sur le théâtre, il est depuis 2007 le scénographe attitré de la Compagnie du Veilleur. En collaboration avec le directeur artistique Matthieu Roy, il réalise les décors de nombreux spectacles. En 2016, il est le seul scénographe lauréat du prix AJAP.

Pinta-1
© Raynaud de Lage

Être architecte c’est…
Savoir être très patient et tenace.

Ma commande idéale
Celle qui me permet de me confronter à des sujets complexes avec une équipe de concepteurs issus de divers disciplines.

Mon métier dans 20 ans
Aucune idée. Mais plein de (bonnes) surprises j’espère.

Le conseil que je donnerais à un jeune architecte
S’ouvrir aux autres Arts : lire de la littérature, voir des expositions, aller au cinéma, au théâtre, voir de la danse, du cirque nouveau, des concerts.

Ce que je souhaite transmettre à mes collaborateurs
Avoir conscience qu’une réponse juste s’élabore lentement, que le projet est un parcours au temps non linéaire.

© Raynaud de Lage

L’architecte émergent qu’il faut suivre
Un metteur en scène plutôt : Julien Gosselin pour l’ambition et la force de son travail.

Le projet que j’aurais aimé signer
Les 7 planches de la Ruse d’Aurélien Bory : spectacle dont l’émotion nait aussi du simple déplacement de formes géométriques de grandes dimensions. Sinon le Kolumba Museum de Peter Zumthor à Köln reste une grande référence pour moi.

M2cJeanLouisFernandez103
© Jean Louis Fernandez

L’autre profession que j’aurais aimé exercer
Nez (créateur de parfum).

Un livre, un objet, une œuvre que j’aime particulièrement
Bingo de Gordon Matta Clark.

Un lieu qui m’inspire
Lago Grey, Parque Nacional Torres del Paine, Chili.

MartyrcJeanLouisFernandez
© Jean Louis Fernandez

Réagissez à cet article