Marie-Estelle Carli et Ugo Simon, fondateurs de Folks, opérateur de coliving
Marie-Estelle Carli et Ugo Simon, fondateurs de Folks, opérateur de coliving

Actualités

Tribune : Co-habiter le monde

En réaction au repli sur soi forcé par la pandémie de Covid-19, le coliving apparait comme une nouvelle interprétation du vivre-ensemble, une vision de l’habitat collectif comme un lieu d’épanouissement.

Cette tribune est à retrouver dans le numéro 436 d'AA - Travailler - disponible dès à présent sur notre boutique en ligne. 

Une tribune de Marie-Estelle Carli et Ugo Simon

En obligeant près de trois milliards d’individus à se cloîtrer chez eux, soit près de la moitié de la population mondiale, la pandémie actuelle met à l’épreuve nos logements contemporains. Comment retrouver, dans l’agencement familier de nos mètres carrés, l’ensemble des interactions spatiales et temporelles qui constituaient nos existences ? Comment réussir à habiter nos logements modernes plutôt que simplement les occuper ?

Le sentiment d’insécurité, le manque de confort, ou encore la sensation d’isolement qui touche 1 habitant sur 10 dans les pays dits «développés», sont autant de facteurs qui affectent notre capacité à se créer un « chez-soi». L’air de la ville ne rend plus libre. Pollutions et ségrégations ont fait de nos métropoles les nouveaux lieux du repli sur soi et de l’individualisme. Alors que notre monde se fragmente, la création de formes de solidarités locales s’impose.

« Comment réussir à habiter nos logements modernes plutôt que simplement les occuper ? »

L’intérêt croissant pour le coliving témoigne de ce besoin de réenchanter notre habitat par de nouvelles expériences. Ce concept d’habitat collectif, inspiré par les utopies sociales du XIXe siècle, est d’abord apparu au sein de la communauté des entrepreneurs de la Silicon Valley. Il s’adresse aujourd’hui à des générations en transition, en quête de flexibilité et de lien social. Pour des durées variables, le coliving offre à ses habitants chambre privée et espaces partagés, pensés pour se détendre, se rencontrer, travailler,… L’opérateur, quant à lui, prend en charge les aspects pratiques, administratifs et événementiels.

Partage au quotidien, mutualisation des besoins, appui sur une communauté sont autant de valeurs qui animent le coliving. Nous pensons qu’elles doivent également inspirer une population plus large en promouvant une consommation locale, raisonnée et respectueuse de l’environnement. Le coliving, dont le développement est encore émergent, est loin d’être simplement une résidence de services. Il pourrait constituer le creuset d’une réflexion sur la mixité des usages et les partages spatio-temporels, à commencer par celui entre le domestique et le professionnel. La crise actuelle a effectivement été pour nombre d’entre nous l’occasion d’expérimenter le travail à domicile. Si celui-ci suppose équipements et conditions particulières, il est évident qu’il continuera à se développer bien au-delà de cette période. Face à un avenir incertain, les innovations comme le coliving vont nous aider à bâtir une nouvelle façon d’être ensemble pour mieux habiter le monde.

Réagissez à cet article