Lee Ha-jun, film « Parasite », Corée du Sud, 2019 © Bong Joon-ho. Courtesy of The Jokers Studio
Lee Ha-jun, film « Parasite », Corée du Sud, 2019 © Bong Joon-ho. Courtesy of The Jokers
Studio

Actualités

Le conte des deux maisons : « Parasite », le film

On a beaucoup parlé de Parasite, le film du Sud-Coréen Bong Joon-ho (Palme d’or à Cannes en 2019) et de son regard sur la lutte des classes – mais on a nettement moins commenté l’architecture moderne de la demeure familiale des Park, au centre du récit. Construite par un architecte franco‑coréen imaginaire, la résidence incarne toutes les ambitions de la famille Kim. Issus d’un milieu pauvre et populaire, ces derniers parviennent peu à peu à s’infiltrer dans l’environnement domestique des Park, en se faisant passer pour des employés de maison ou des professeurs particuliers.

Cet article, écrit par Andreas Kofler, est à lire en intégralité dans le dossier du n° 438 de L'Architecture d'Aujourd'hui – un numéro spécial pensé avec la complicité de l'artiste Tadashi Kawamata. Rendez-vous sur notre boutique en ligne.

Dans la vraie vie, cette maison est en fait un plateau de cinéma, entièrement conçu par le chef décorateur du film, Lee Ha-jun, qui s’en est tenu avec pragmatisme au principe selon lequel la forme suit le format du grand écran. Le rapport de cadre 2,39:1 de l’image cinématographique invite en effet à utiliser des lignes horizontales fortes en superposant les strates.

Lee Ha-jun, film « Parasite », Corée du Sud, 2019 © Bong Joon-ho. Courtesy of The Jokers Studio
Lee Ha-jun, film « Parasite », Corée du Sud, 2019 © Bong Joon-ho. Courtesy of The Jokers
Studio

Dans le salon des Park, cela donne un impressionnant mur de verre résumant à lui seul toute l’architecture de cette résidence lumineuse. Du point de vue historique, ces qualités découlent des théories médicales sur la prévention et le traitement de la tuberculose. Le mouvement hygiéniste a donné naissance à des sanatoriums, mais aussi à une certaine architecture moderne – liens qu’explore d’ailleurs Beatriz Colomina dans son dernier ouvrage X-Ray Architecture (Lars Müller, 2019). Comme l’actualité nous l’a rappelé récemment, les stratégies de prévention et d’endiguement des épidémies agissent en effet directement sur l’architecture et la ville.

La maison des Park est au sommet d’une colline, que les Kim gravissent en empruntant plusieurs volées de marches, celles de l’échelle sociale. « Il est de plus en plus fréquent, dans notre triste monde, qu’un groupe soit ainsi poussé à établir avec un autre une relation de parasitisme » déplore le réalisateur. […]

Lee Ha-jun, film « Parasite », Corée du Sud, 2019 © Bong Joon-ho. Courtesy of The Jokers Studio
Lee Ha-jun, film « Parasite », Corée du Sud, 2019 © Bong Joon-ho. Courtesy of The Jokers
Studio

 

 

RETROUVEZ LA SUITE DE CET ARTICLE DANS ‘A’A’ n°438
DISPONIBLE SUR NOTRE BOUTIQUE EN LIGNE.

Réagissez à cet article