Atelier Senzu | © Christian André Strand
Atelier Senzu | © Christian André Strand

Actualités

Jeunes à suivre : L’Atelier Senzu

AA invite les jeunes pousses de l'architecture à répondre à un court questionnaire sur leur(s) métier(s), leurs projets, leurs défis. Rencontre avec l’Atelier Senzu, fondé à Paris en 2014 par Wandrille Marchais et David Dottelonde, qui revendique "une culture du travail en atelier comme lieu d'échange, de la mise en avant des atouts et des compétences de chacun à travers un processus de fabrication du projet collectif."

 Qu’est-ce qui vous a poussé à fonder votre agence ?

Les premiers projets ont été imaginés ensemble à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Val-de-Seine à partir de 2006 et depuis, cela ne s’est jamais vraiment arrêté. L’agence nous permet de nous exprimer, d’expérimenter par nous-même en mettant en pratique nos concepts.

L’agence est nommée en référence au système pédagogique dont nous sommes issus et au système professionnel vers lequel nous tendons. Il est le lieu de l’échange, de la mise en avant des atouts et des compétences de chacun pour la création d’un projet collectif.

Le projet dont vous êtes le plus fier ?

L’atelier développe en ce moment deux projets d’équipement parisien différents par plusieurs aspects : la transformation lourde de la Chambre des Notaires de Paris située place du Châtelet et une extension d’école porte de Bagnolet. Ces deux expériences nous ont permis de considérer que tout ce qui constitue a priori une contrainte peut être, voire doit être, une opportunité d’inventer, d’imaginer, de contourner et de dépasser les standards.

Le premier, un héritage âgé de 160 ans, transformé pour être ouvert au public et apporter sa contribution à l’espace public, présente la réhabilitation comme un formidable moyen de concevoir dans un cadre hors des standards habituels.  

Le second questionne l’archétype de la salle de classe avec une forme ronde tournée vers le collectif, sans premier rang ni dernier rang. 

Quels sont pour vous les principaux défis qui attendent la nouvelle génération d’architectes ?

Nous pensons qu’un futur plus apaisé se dessine avec l’éducation des enfants qui deviendront de futurs adultes. L’école représente le lieu où peuvent exister ces changements de paradigmes. Malgré cela, l’école primaire est toujours calquée sur le modèle inchangé de Jules Ferry (1881) alors que les pédagogies ont depuis évolué. 

Ainsi, nous souhaitons parvenir à déployer une architecture scolaire capable d’accompagner l’évolution des méthodes d’enseignement tout en définissant une école encore plus tournée vers la Nature. 

Notre travail a été récompensé à deux reprises par l’appel à projet FAIRE 2020 (Ville de Paris & Pavillon de l’Arsenal) et par l’initiative européenne Future Architecture Platform lancée par l’EU Creative Exchange dans le cadre du New Bauhaus

Votre commande idéale ?

Un projet où l’expérimentation est possible !


 

Pour en savoir plus sur l'Atelier Senzu, rendez-vous sur leur site. 

Réagissez à cet article