archipelago-banner-blue
© Archipelago

Actualités

Archipelago: Architectures for the Multiverse

« Que doit-on construire et quand doit-on construire ? » « Quels sont les récits, les connaissances, les systèmes et les histoires qui se cachent aux yeux de tous ? » Et « comment remettre en question les frontières disciplinaires par le biais de liens tels que les affinités, le soin ou encore la défense des intérêts ? » Pour tenter de répondre à ces questions, les école genevoises la HEAD (Haute école d’art et de design) et la HEPIA (Haute école du paysage, d’ingénierie et d’architecture) organisent la première édition du festival Archipelago : Architectures for the Multiverse – un cycle de conférences et de workshops sur trois jours, accessibles en lignes. Rendez-vous du 6 au 8 mai prochain sur le site www.archipelago-architectures.ch 
Vera Sachetti, coordinatrice générale d'Archipelago, répond aux questions de AA à propos de ce nouvel événement. 

Vera Sacchetti, vous êtes la coordinatrice générale de ce festival, pourriez-vous nous raconter la genèse de ce projet ?
Les deux écoles à l’origine de ce projet partagent trois départements autour de la pratique architecturale – Architecture d’intérieur à la HEAD, Architecture et Architecture du paysage à l’HEPIA. Ces dernières années, ces départements se sont réunis pour partager leurs ressources et leurs connaissances, et pour trouver de nouvelles façons de travailler ensemble. Archipelago est né de ce désir de collaborer à un niveau plus profond, et plutôt que de se concentrer sur les détails disciplinaires, il cherche à faire un zoom arrière pour comprendre les chevauchements et intersection entre ces domaines, ainsi que les tensions entre eux et notre moment présent.

L’événement présente une approche basée sur la « pensée archipélique ». Comment expliquez-vous ce concept ?
Nous avons été très influencés par le travail du penseur et poète antillais Édouard Glissant, qui propose une « pensée archipélique » en réaction aux modes plus continentaux d’ordonnancement du monde. Dans son Introduction à une poétique du divers (Gallimard, 1996), Glissant explique: « Avec la pensée continentale, l’esprit court à l’audace, mais on croit alors voir le monde en bloc, ou en grand, ou d’un seul coup, comme une sorte de synthèse imposante, de même qu’on peut, par des vues aériennes générales, voir défiler les configurations des paysages et des zones montagneuses. Avec la pensée archipélique, nous apprenons à connaître les roches dans les rivières, assurément les plus petites roches et les rivières. » Cette façon de penser chaque composante de notre époque en relation les unes avec les autres et avec nous-mêmes, nous semble une approche urgente pour comprendre le moment présent et le penser ensemble.

Concrètement, comment va se dérouler le festival ? Qu’est-ce qu’il sera donné à voir aux internautes qui suivront l’événement derrière leurs écrans ?
Notre programme invite une génération émergente de praticiens travaillant à travers le monde à réfléchir ensemble. Grâce à notre appel ouvert, nous avons également invité des étudiants de différents pays à contribuer à notre programmation. Du 6 au 8 mai 2021, Archipelago propose deux parcours parallèles, permettant aux participants et aux spectateurs de réfléchir ensemble au moment présent, soit en suivant la diffusion en direct sur notre site web, soit en participant à notre programme d’ateliers, en personne ou virtuellement. Le public est invité à participer davantage en devenant membre du groupe Archipelago Telegram, où la discussion peut se poursuivre après chaque conversation. Toutes les parties de l’événement sont gratuites et ouvertes au public, et nous espérons voir des étudiants, des praticiens, des enseignants et des penseurs en architecture et dans les disciplines connexes.

Archipelago: Architectures for the Multiverse Working model Students from HEPIA Genève | © Alice Proux
Archipelago: Architectures for the Multiverse
Working model
Students from HEPIA Genève | © Alice Proux

 

S'INSCRIRE : www.archipelago-architectures.ch
SUIVRE : @archipelago.architectures

 

 

Réagissez à cet article