Centre Européen du Judaïsme ©Boegly + Grazia
Centre Européen du Judaïsme ©Boegly + Grazia

Actualités

Inception, avec Stéphane Maupin et Bruno Fléchet

Il aura fallu quatorze ans pour faire sortir de terre le Centre Européen du Judaïsme (CEJ). Sur un terrain dans le XVIIe arrondissement de Paris, tout près du périphérique, cédé pour l’euro symbolique par la Ville. Quatorze ans de dessins revus et corrigés, en fonction des attentes du client, le Consistoire Israélite de Paris, mais aussi des réglementations et d’un budget toujours plus corseté. D’un bâtiment vissé à l’image de l’extension de la Tate Gallery à Londres par Herzog & de Meuron, les architectes Stéphane Maupin et Bruno Fléchet ont fait naître pour le CEJ un monolithe de 5000 m2 creusé de façon à distinguer trois programmes : une synagogue, une école et des bureaux. « Ce bâtiment a trouvé son évidence à travers la faille centrale qui a permis de mettre en relation les éléments du programme les uns avec les autres, en créant des points de vue à l’intérieur du bâtiment. Il y a dans le Centre Européen du Judaïsme de telles amplitudes de géométries que le dessous se retourne, la rue se plie, se retourne, devient un toit », souligne Stéphane Maupin. Qui d’autre pour aller chercher dans le cinéma américain contemporain, plus précisément Inception, ce film de Christopher Nolan réalisé en 2010, l’inspiration pour un lieu de culte ? Quand tant d’autres se seraient fait rabbin à la place du rabbin, Maupin et Fléchet se sont contentés du rôle d’architectes. Car le sacré n’est-il pas, aussi, du ressort des bâtisseurs ?

Cet éditorial d'Emmanuelle Borne est extrait du hors-série L'Architecture d'Aujourd'hui consacré au Centre Européen du Judaïsme.

Ce numéro spécial est disponible sur notre boutique en ligne.

 

 

Réagissez à cet article