• Lacaton & Vassal, Logements, Bordeaux, 2016. © Philippe Ruault

  • Bruther, MRI, Caen, 2015. © Filip Dujardin

  • Matthieu Poitevin/NP2F, CNAC, 2015. © Sébastien Normand

  • Friche la Belle de Mai, Marseille, 2013. © Caroline Dutrey

Actualités

Nouvelles de France

Alors que s’ouvre bientôt la 15e édition de la Biennale d’architecture de Venise, L’Architecture d’Aujourd’hui a choisi de se pencher sur la scène hexagonale. Dans son numéro 412, en kiosques dès le 13 mai, AA offre un panorama de l’architecture contemporaine en France via une sélection de projets opérée par 10 journalistes et critiques internationaux parmi lesquels Oliver Wainwright (The Guardian), Edwin Heathcote (The Financial Times), Sebastian Redecke (Bauwelt) ou encore Miguel Galiano (Arquitectura Viva).

Lorsque L’Architecture d’Aujourd’hui a choisi de consacrer ce numéro à l’Hexagone, deux voies se sont dégagées : dresser un panorama de la scène contemporaine en choisissant 10 des projets les plus emblématiques réalisés depuis les années 2000 ou demander à des journalistes, critiques et observateurs étrangers de proposer leur propre perception de l’architecture française. La seconde vision, qui offre des pistes de réflexion qu’une sélection opérée exclusivement par une rédaction juge et partie aurait sans doute omises, a emporté notre choix.

Si les chiffres (28 projets ont été soumis par 10 journalistes) et la méthode (les propositions et la sélection finale de nos invités procèdent d’une appréciation toute personnelle de ce qui fonde l’architecture française d’aujourd’hui) ne visent pas à réaliser une analyse statistique, le résultat de cet appel à contributions a permis de confirmer et parfois d’infirmer quelques-unes de nos intuitions. Ainsi, près de la moitié des références proposées à AA porte sur un projet de logement social, confirmant ainsi la réalité d’un marché mais surtout d’une expertise française. D’où la présence, dans les pages qui suivent, d’une réalisation antérieure au XXIe siècle, Nemausus, qui apparaît comme une référence incontournable. Pour ce type de programme, c’est néanmoins l’agence Lacaton & Vassal qui arrive en tête de liste, la tour Bois-le-Prêtre (2011) ayant été citée par la moitié des rédacteurs.

À l’étranger comme en France, ce qui force l’admiration est la mise en œuvre d’une véritable vocation qui plaide pour la transformation du parc existant plutôt que pour sa destruction, offrant une solution à moindre coût au manque crucial de logements sociaux (11,25 M euros HT pour 12.460 m. en ce qui concerne Bois-le-Prêtre). Avec l’opération de transformation de 530 logements à Bordeaux, Anne Lacaton et Jean-Philippe Vassal consolident, avec leurs acolytes Frédéric Druot et Christophe Hutin, une démarche qui rencontre une résonance toute particulière alors que s’ouvre, à Venise, une Biennale d’architecture résolument sociale.

Réagissez à cet article