© Cyrille Weiner
© Cyrille Weiner

Actualités

Fibre sociale. Entretien avec Dumont Legrand Architectes

Parmi les 50 projets présentés à l’exposition Fibra Architectures au Pavillon de l’Arsenal jusqu’au 17 novembre dernier, le projet de rénovation et de réhabilitation d’un immeuble de logements sociaux livré en 2015 à Paris par l’agence Dumont Legrand Architectes figurait comme un des exemple de construction bas carbone, grâce à son isolation en béton de chanvre.

Face aux contraintes de la commande, quelle marge de manœuvre pour l’innovation ? Grégoire Dumont, architecte associé en charge du projet, apporte des éléments de réponse dans une interview avec AA.

Propos recueillis par Yên Bui

L’Architecture d’Aujourd’hui : Quelle était la spécificité de cette commande ?
Grégoire Dumont : Notre client, la RIVP, a lancé cette commande pour réhabiliter et réaliser l’extension d’un bâtiment du XVIIIe siècle avec un budget de 1,7 millions d’euros. Nous avons intégré la dimension environnementale au projet dès le départ grâce au béton de chanvre. Au début de l’étude du projet, nous venions de livrer 10 logements neufs avec ce matériau, aux Loges-en-Josas dans les Yvelines. C’était la première expérimentation de ce type en France, et la RIVP a accepté que nous renouvelions l’expérience.
L’immeuble rue de la Huchette date du XVIIIe siècle. Pour conserver les murs existants, il a fallu les isoler tout en gardant les échanges hygroscopiques, liés à l’humidité de l’air, pour éviter l’assèchement des mortiers de la maçonnerie ancienne. Le béton de chanvre, comme tous les matériaux fibrés, est un matériau dit « perspirant » : il change de phase selon la température et l’humidité de l’air, permettant ainsi d’en conserver les échanges. De plus, nous voulions garder les modénatures et les effets de volume sur la façade extérieure du bâtiment existant, ce qui n’était pas compatible avec une isolation par l’extérieur. La chaux aérienne projetée sous forme de béton de chanvre s’y prêtait davantage. Elle nous a permis de faire dialoguer la partie ancienne « dans son jus » avec l’extension, neuve, que nous avons construite en béton fibré à ultra-hautes performances.

AA : Le logement social gagnerait-il à se tourner vers les matériaux bio-sourcés ? Démarche sociale et transition écologique sont-ils compatibles ?
GD : Bien sûr ! Même si le coût est plus important au moment de la construction, il est rapidement amorti par les économies faites en énergie. Les matériaux fibrés, projetés dans la masse, permettent une isolation pérenne. Il n’est pas nécessaire de relancer des campagnes de travaux coûteuses après 10 voire 15 ans pour ouvrir les murs, contrairement à la laine de verre qui se tasse vite. Il y a, en France, une tendance à sur-isoler les bâtiments, bien qu’il ne s’agisse pas d’une solution efficace puisque les constructions produites pourrissent. En termes d’économie d’énergie, les capacités perspirantes de l’isolation en fibres ne sont pas négligeables.

AA : Avez-vous éprouvé des difficultés pour mettre en œuvre ce matériau ?
GD : En France, la filière des matériaux bio-sourcés est en pleine émergence, et il faut un contexte favorable pour que ces solutions soient retenues. C’est le cas avec des bailleurs éclairés comme la RIVP et Aquitanis avec qui nous concevons actuellement des projets tels que des logements en terre-chanvre en région bordelaise et une école en paille en Seine-Saint-Denis. La réglementation environnementale aurait tout intérêt à encourager les acteurs de la construction à faire appel à ces nouveaux matériaux. C’est un véritable scandale de se poser encore la question, alors que ces innovations ont fondamentalement toutes les capacités pour répondre aux questions environnementales. Dominique Gauzin-Müller, commissaire de l’exposition Fibra Architectures, l’a très bien dit : les matériaux fibrés ont une « capacité émotionnelle ». Ces matériaux sont beaux et parlent aux maîtres d’œuvre. Le gouvernement devrait revoir les financements, mais également les impératifs de la commande publique. Il faut se battre pour que ces matériaux et techniques soient mis en œuvre sur des bâtiments à plus grande échelle.

Réhabilitation et extension d’un immeuble du XVIIIe siècle rue de la Huchette, Paris, 2015

Dumont Legrand Architectes, réhabilitation et extension d'un immeuble du XVIIIe siècle rue de la Huchette, Paris, 2015.
Dumont Legrand Architectes, réhabilitation et extension d’un immeuble du XVIIIe siècle rue de la Huchette, Paris, 2015. © Cyrille Weiner

 

Dumont Legrand Architectes, réhabilitation et extension d'un immeuble du XVIIIe siècle rue de la Huchette, Paris, 2015.
Dumont Legrand Architectes, réhabilitation et extension d’un immeuble du XVIIIe siècle rue de la Huchette, Paris, 2015. © Cyrille Weiner

 

La chaux aérienne projetée sous forme de béton de chanvre permet de conserver les échanges hygroscopiques des murs existants.
La chaux aérienne projetée sous forme de béton de chanvre permet de conserver les échanges hygroscopiques des murs existants.

 

État existant et état projeté du projet rue de la Huchette
État existant et état projeté du projet rue de la Huchette
Plan RDC immeuble rue de la Huchette
Plan RDC immeuble rue de la Huchette
Plan R+1 immeuble rue de la Huchette
Plan R+1 immeuble rue de la Huchette
Plan des combles immeuble rue de la Huchette
Plan des combles immeuble rue de la Huchette

10 logements en béton de Chanvre aux Loges-en-Josas, Yvelines, 2015.

Dumont Legrand Architectes, 10 logements en béton de Chanvre aux Loges-en-Josas, Yvelines, 2015
Dumont Legrand Architectes, 10 logements en béton de Chanvre aux Loges-en-Josas, Yvelines, 2015. © Cyrille Weiner

 

Aux Loges-en-Josas, les architectes ont en 2015 expérimenté la mise en oeuvre du béton de chanvre.
Aux Loges-en-Josas, les architectes ont en 2015 expérimenté la mise en oeuvre du béton de chanvre.

Logements en terre et chanvre, Biganos, Nouvelle-Aquitaine, en cours.

Dumont Legrand Architectes, logements en terre et chanvre, Biganos, Nouvelle-Aquitaine, en cours.
Dumont Legrand Architectes, logements en terre et chanvre, Biganos, Nouvelle-Aquitaine, en cours.

www.dumont-legrand.fr

L’Architecture d’Aujourd’hui 433 – Logement social, une exception française ? – est disponible sur notre boutique en ligne.

Réagissez à cet article