Actuellement en librairie

Logement social, une exception française ?

Lors du 80e congrès HLM, qui s’est tenu en septembre dernier à Paris, les bailleurs sociaux étaient à l’unisson : il faut sauver le modèle hexagonal, qui a peu d’équivalent en Europe.

AA a donc choisi de présenter, dans ce numéro d’octobre 2019, des réalisations exemplaires, qui parfois renouvellent les typologies du genre et qui toutes soulignent que, dans le champ du logement social, le savoir-faire français n’est pas en reste.

À chaque avancée dans le champ du logement social, se profile, en arrière-plan, outre des architectes de talent, la volonté d’un maître d’ouvrage, elle-même encouragée par des orientations de l’État. Il apparaît qu’in fine, ce sont surtout les acteurs en jeu qui déterminent la qualité d’une opération, ainsi que le souligne l’enquête de ce numéro 433.

Ainsi, si l’architecte Sophie Delhay innove dans le champ social, elle parvient, semble-t-il, à travailler dans le même sens avec ses maîtres d’ouvrage privés. Avec les uns comme les autres, elle conçoit des typologies inédites. Reste que les bailleurs sociaux, en vertu de leur mission de service public, semblent être ceux qui encouragent l’innovation, en témoignent les réalisations d’un des principaux acteurs parisiens, la Siemp, et ainsi que l’illustrent les opérations que la rédaction d’AA a choisi de présenter. Que ce soit les logements d’Armand Nouvet pour cette même Siemp, ceux de Charles-Henri Tachon pour Paris Habitat, le travail d’Atelier Provisoire, mené avec Aquitanis, à Bordeaux, ou l’expérimentation de Christophe Hutin à Bègles, du temps où la ville était sous mandat de Noël Mamère, toutes ces réalisations montrent que l’innovation commence par la qualité architecturale, un enjeu traditionnellement porté, en France, par les bailleurs sociaux.

433-Gif

Le n°433 d’AA – Logement social, une exception française ? – est disponible sur notre boutique en ligne.

Réagissez à cet article