Dans la revue

Livres : La sélection d’AA

Retrouvez la sélection de livres dAA : architecture, urbanisme, art, essai, catalogues dexposition…

La matérialité de l'architecture d'Antoine Picon © Editions Parenthèses
La matérialité de l’architecture d’Antoine Picon © Éditions Parenthèses

La matérialité de l’architecture, Antoine Picon

L’architecture est-elle bavarde ? À peine murmure-t-elle à l’oreille du commun des mortels. Criante pour les spécialistes, elle demeure à la limite de l’audible pour les autres. Antoine Picon livre une brève histoire de l’architecture, dont les pages sont érudites. Il assure s’éloigner de l’ambition postmoderne, qui envisage l’architecture comme un art doté d’une syntaxe, pour mieux aborder le désir d’expression d’architectes qui se frottent à «l’obstination muette de la matière». Voilà donc un essai fondamental pour qui évoque aujourd’hui la «matérialité» de l’architecture et part en quête d’un «ornement» qu’il ne peut affirmer sans faire outrage à la pensée moderne… et contemporaine.

Antoine Picon, Éditions Parenthèses, mars 2018, 16,5 × 24 cm, 144 p., illus., 22 €

Concevoir à grande échelle de Mathieu Mercuriali © Editions B42
Concevoir à grande échelle de Mathieu Mercuriali © Éditions B42

Concevoir à grande échelle, Mathieu Mercuriali

Le fantasme de la grandeur ! Mégastructures utopiques et dystopiques d’abord. Bigness, business et hyperprojets ensuite. Mathieu Mercuriali, architecte et urbaniste, analyse dans les pages de ce livre plusieurs projets parisiens, de la Samaritaine à l’opération Maine-Montparnasse en passant par l’entrepôt Macdonald, pour mieux préciser ses ambitions «à grande échelle», dont la transformation de la gare de Lyon en «mégaprojet»…

Mathieu Mercuriali, Éditions B42, mars 2018, 19 × 26,9 cm, 192 p., illus., 24 €

Historical versus Modern : Identity through Imitation ? de Barbara Engel © Jovis
Historical versus Modern : Identity through Imitation ? de Barbara Engel © Jovis

Historical versus Modern: Identity through Imitation?, Barbara Engel (dir.)

Restitution, reconstruction, pastiche… autant de mots à même d’effrayer la critique. L’ouvrage dirigé par Barbara Engel présente pourtant différents cas où «l’identité» d’une ville ou d’une région est manipulée à des fins urbaines et architecturales. De la récente reconstruction du centre historique de Francfort à «l’antiquisation» de Skopje en passant par les faux souks de Dubaï et les nouvelles vieilles villes de Chine, l’ouvrage pose un regard encyclopédique, scientifique… et dépassionné.

Barbara Engel (dir.), Jovis, février 2018, 17 × 24 cm, 224 p., illus., 29,95 €

Le Parc Planetaire : la fabrication de l'environnement suburbain d'Émeric Lambert © l’Oeil d’or
Le Parc Planétaire : la fabrication de l’environnement suburbain d’Émeric Lambert © l’Oeil d’or

Le Parc planétaire, la fabrication de l’environnement suburbain, Émeric Lambert

La banlieue fait l’objet de toutes les critiques. L’historiographie se détourne encore massivement de l’avènement des villes nouvelles. Dans ce marais d’appréciations, Émeric Lambert apporte un éclairage nécessaire sur «la fabrication de l’environnement suburbain». Avec l’exemple de Sénart, à quelques kilomètres au sud-est de Paris, il démontre comment l’utopie engendre la paperasse,
et la planification, l’opportunisme opérationnel.

Émeric Lambert, l’œil d’or, janvier 2018, 13 × 21 cm, 272 p., 18 €

Un article de Jean-Philippe Hugron à retrouver dans le numéro 424 de L’Architecture d’Aujourd’hui, disponible en librairie et sur notre boutique en ligne.