Actualités

Concours Bas Carbone : Axionomia ou la mutation heureuse

Dans un récit qui annonce le désordre mondial et la catastrophe climatique, l’Atelier Architecture Vincent Parreira AAVP imagine « Axionomia », des édifices qui abritent les organisations internationales en charge de la gestion des ressources naturelles et des émissions de gaz à effet de serre (GES) produites à l’échelle de territoires autonomes. Dans le cadre du Concours Bas Carbone, la première de ces implantations est à Bordeaux, sur le site de la Jallère dans l’hypothèse d’une gouvernance collective locale. Les architectes d’AAVP se sont entretenus avec L’Architecture d’Aujourd’hui pour expliquer leur démarche. La semaine prochaine, retrouvez les réponses de l’Atelier Fuso et leur projet Palun 15%.

Perspective territoire © tu-verras
Perspective territoire © tu verras

L’Architecture d’Aujourd’hui  : Avez-vous déjà participé au concours ?

Marie Brodin et Vincent Parreira : L’agence Atelier Architecture Vincent Parreira AAVP fut lauréat du concours Bas Carbone lancé par EDF en 2008 catégorie maison individuelle. Depuis, l’agence a porté un regard sur le concours chaque année.

© Atelier Architecture Vincent Parreira AAVP - 20008
© Atelier Architecture Vincent Parreira AAVP – 2008 

Quelles sont les motivations qui vous ont poussé à y participer ?

C’est une opportunité magnifique de disposer de moyens de croiser en amont des champs disciplinaires multiples et complémentaires autour d’une réflexion militante et dont l’enjeu reste idéologique.

Quel regard portez-vous sur le programme sur lequel vous avez prévu de travailler ?

Un regard bienveillant, un pragmatisme assumé, une volonté de bouleverser les habitudes par des dispositifs enviables fondés sur des valeurs communes.

Perspective © tu-verras
Perspective © Nicolas Amar

Quelle a été votre approche pour répondre à la question posée par EDF : « Peut-on construire une ville neutre en carbone » ? 

Notre approche a été contextuelle au sens large, presque finalement mésologique. S’intéresser en premier lieu non pas au local, sur une parcelle limitée, mais bien au global, à l’échelle d’un territoire, d’un milieu. L’enjeu d’une ville neutre en carbone n’est pas de reproduire une succession de terrains neutres en énergie et en carbone, mais bien de mutualiser les forces de chaque parcelle. Pour transformer en opportunités des données que beaucoup considère comme des faiblesses intrinsèques (ici la montée des eaux, le paysage de Bordeaux nord…). Notre processus de conception a embrassé l’échelle du bassin aquitain pour progressivement se polariser sur la parcelle proposée. Nous avons, de fait, apporté plusieurs réponses coexistantes, proposé un réseau local connecté à un réseau national afin d’offrir une ville sensible.

Plan Masse Territoire
Plan Masse Territoire © Atelier Architecture Vincent Parreira AAVP
Légendes Plan Masse
Légendes Plan Masse

 Pouvez-vous nous résumer en quelques phrases votre idée de récit pour la ville et le territoire de 2050 ?

La neutralité carbone passera par la culture et le plaisir. Ce n’est pas une somme de lois ou d’innovations techniques futures qui nous permettrons d’atteindre cet objectif, mais bien la volonté d’une société qui souhaite vivre ensemble dans une logique d’échanges durables aux côtés d’une nature valorisée. Dès lors, nous avons inventé une fiction, l’Axionomia, autour des valeurs portées par l’ONU, une fiction qui n’est pas une chimère car nous sommes convaincus que nous possédons déjà aujourd’hui tous les outils techniques, politiques, les habitus pour atteindre la neutralité carbone à des échéances déterminées par des actions prises dès aujourd’hui.

Quelles ont été les méthodes que vous avez adoptées pour l’organisation d’un travail collaboratif ?

Notre équipe est composée de spécialistes dans les domaines fondamentaux de l’approche bas carbone : architectes, urbanistes, paysagistes, ingénieurs, designers. Cependant, nous pensons que se limiter à une approche de spécialiste ne permet pas d’atteindre l’objectif bas carbone ; c’est pourquoi dans notre méthode de conception, nous nous sommes aussi considérés comme des représentants de la société civile dans un cadre de vie à 2050, enviable tout en étant limité en impact énergie et carbone. Nous nous sommes rejoints sur une volonté commune : comment bouleverser les habitudes sans proscrire, comment créer de nouvelles économies fondées sur l’échange, le partage, le plaisir, la culture autour d’un socle de mixités locales, nationales et internationales, à l’image même de notre collaboration.

Quelles sont les caractéristiques essentielles à prendre en compte pour la réduction des émissions carbones en architecture ?

Limiter les consommations énergétiques d’usage comme diminuer les besoins de chauffage et avoir recours au rafraîchissement passif. Obtenir une forte autonomie en lumière naturelle et favoriser les énergies renouvelables. S’interroger sur l’impact énergétique des communications (web, cloud…) pour anticiper. Modérer l’énergie grise de la construction avec l’emploi de matériaux locaux, biosourcés et issus du réemploi. Libérer des réglementations favorisant des matériaux plutôt que d’autres. L’architecture se doit d’intégrer les autres composantes du carbone : favoriser la mutualisation des transports et développer les modes doux. Rendre possible et promouvoir le partage et l’échange de biens de consommation courante. Permettre l’alimentation locale et de saison. Limiter les besoins en eau potable tout en récupérant les eaux de pluie… Rien d’impossible.

Illustration des échanges © Thomas Sindicas, Atelier Architecture Vincent Pariera AVVP
Illustration des échanges © Thomas Sindicas, Atelier Architecture Vincent Parreira AVVP

Qu’est-ce qui, à votre avis, a pu vous distinguer des autres concurrents ?

C’est une question à poser au jury et EDF ! Mais notre approche fut très rigoureuse, profitant à la biodiversité, aux hommes sans opposition, globale et non locale avec un scénario politique et culturel appuyé et détaillé  jusqu’en 2050, l’Axionomia. Nous n’avons jamais considéré les autres équipes comme des concurrents mais comme les alliés d’une cause commune.

Nom du projet : Axionomia
Architectes : Atelier Architecture Vincent Parreira AAVP
Paysagiste : Atelier Volga
BET environnement : Lab Ingénierie, ITF Bruno Georges
Design : RF Studio
Graphisme : Baldinger-Vu.Huu
Architectes Associés : PL Architectures
BET économie : BMF
BET structure : Batiserf

Réagissez à cet article