Actualités

Le cinéma « à la Frank Lloyd Wright »

Film culte réalisé en 1992, C’est arrivé près de chez vous raconte les dérives d’un tueur en série de Namur. Dans ce vrai faux documentaire, une séquence montre Benoît Poelvoorde (alias Ben), au milieu de barres HLM, en train de faire un cours sur l’architecture moderne. Une leçon pas comme les autres.

© Les Artistes Anonymes - Rémy Belvaux, André Bonzel, Benoît Poelvoorde
© Les Artistes Anonymes – Rémy Belvaux, André Bonzel, Benoît Poelvoorde

Tout commence par une réflexion de Ben à propos d’un promoteur immobilier en train de défigurer le quartier des Sablons, à Bruxelles. Assis sur un lit, à côté d’une amie prostituée, face à l’équipe de tournage, il explique pourquoi cette dame a dû déménager. Pendant la discussion avec Jenny, des plans de chantiers avec grues et tours en construction viennent s’intercaler. Ils annoncent la grande leçon d’architecture.

Nous y voilà, Ben descend tranquillement un long trottoir, au coeur d’un grand ensemble typique des banlieues des vastes métropoles. Plein centre de l’écran, il commence par décrire le quartier en utilisant la langue savante des technocrates. « Tout ceci dans le plan d’une restructuration des plans de secteur, visant à vaincre la solitude du troisième âge en l’intégrant à la population active. » Il finit par s’insurger du manque cruel d’esthétique dans les habitations sociales. La caméra glisse légèrement sur l’épaule droite de Ben ; une espèce de terrain vague apparaît avec des restes de neige autour de plantations le long du bas-côté opposé de la rue. Notre serial killer explique : « Bon, ils avaient pensé à installer des cerisiers du Japon tout le long des allées, tu vois, un peu dans le style cité balnéaire anglaise. C’est une riche idée ! Est-ce que tu crois qu’ils l’ont fait ? Est-ce que tu crois qu’ils l’ont fait !!??? Si si, ils l’ont fait, c’était pas mal parti, mais ils se sont arrêtés là ! » Avec ce commentaire débute l’énoncé du sous-texte.

© Les Artistes Anonymes - Rémy Belvaux, André Bonzel, Benoît Poelvoorde
© Les Artistes Anonymes – Rémy Belvaux, André Bonzel, Benoît Poelvoorde

Cet article de Christophe Le Gac est à retrouver en intégralité dans le numéro 425 d’AA, disponible sur notre boutique en ligne

Réagissez à cet article