Actualités

AA 424 : Dans la bibliothèque de Françoise N’Thépé

Françoise N'Thépé © A. Shoshan
Françoise N’Thépé © A. Shoshan

Cofondatrice de Beckmann N’Thépé Architectes en 2002 avec Aldric Beckmann, Françoise N’Thépé s’attache à développer « des projets parlant d’innovation et d’écologie urbaine », qui traduisent « [sa] sensibilité aux notions de simplicité et de plasticité, en rapport avec l’art contemporain ». A l’occasion de ce numéro 424, AA a demandé à Françoise N’Thépé une sélection de trois livres qui l’inspirent.

La Grande Arche, Laurence Cossé © Gallimard
La Grande Arche, Laurence Cossé © Gallimard

La Grande Arche, Laurence Cossé, Gallimard, janvier 2016, 368 p.

Véritable documentaire écrit, ce livre m’a réconciliée avec ce monument qu’est l’Arche de La Défense, autrement appelé le Cube. Avant tout un récit portant sur plus de vingt ans d’intenses relations humaines, il décrit de manière très subtile les liens entre les enjeux de pouvoir et d’argent, et la quête d’une image absolue. Une histoire poignante sur le lâcher-prise.

Privacy and Publicity, Modern Architecture as Mass Media, Beatriz Colomina © The MIT Press
Privacy and Publicity, Modern Architecture as Mass Media, Beatriz Colomina © The MIT Press

Privacy and Publicity, Modern Architecture as Mass Media, Beatriz Colomina, The MIT Press, mai 1994, 401 p.

Ce livre me suit depuis mes études. S’appuyant sur l’analyse critique de deux icônes de l’architecture moderne aux démarches radicalement opposées, Adolf Loos et Le Corbusier, l’auteure décrit la difficulté à laquelle est confronté chaque architecte : comprendre la limite entre l’espace de l’intime d’un projet et sa représentation publique. En fonction des moyens de communication utilisés, les projets peuvent devenir des outils de maîtrise d’opinion puissants et l’architecte est ainsi porteur d’un message tout autant sociétal que politique.

Avenue Patrice Lumumba, Guy Tillim © Prestel Publishing
Avenue Patrice Lumumba, Guy Tillim © Prestel Publishing

Avenue Patrice Lumumba, Guy Tillim, Prestel Publishing, janvier 2009, 128 p.

Réalisée dans plusieurs pays africains ayant vécu les affres du colonialisme jusqu’à leurs quêtes d’indépendance, cette série de Guy Tillim livre la vision d’une identité africaine qu’il qualifie de « magnifiquement hybride ». Prenant comme décors des rues, avenues et lieux symboliques, ces témoignages visuels illustrent la capacité de résilience de l’architecture et de l’urbanisme modelés par les pouvoirs publics et la politique. Et il (dé)montre la faculté de résistance quotidienne des hommes face à leur histoire.

Un article à retrouver dans le numéro 424 de L’Architecture d’Aujourd’hui, disponible en librairie et sur notre boutique en ligne.

 

Réagissez à cet article