Collaborations

Sogelym Dixence : « Nous sommes en recherche permanente d’innovation »

AA donne la parole à Sogelym Dixence. L’occasion pour le promoteur immobilier de revenir sur sa collaboration avec l’agence d’architecture Snøhetta. Entretien avec Jérôme Durand, directeur délégué.

Le projet "Les Lumières Pleyel" © Luxigon
Le projet « Les Lumières Pleyel » © Luxigon

 

AA : Pourriez-vous nous présenter votre entreprise et vos derniers projets en quelques mots ?

JD : Sogelym Dixence est une société indépendante de Promotion Immobilière, à capital familial, créée en 1974 et détenue par son actuel Président-Fondateur Monsieur Jean-Claude Condamin. Nos activités se concentrent autour de 3 métiers : le Financement, le Management de Projets, et le Corporate Real Estate (Asset management, Property et Facility Management). Le groupe, présent à Paris, Lyon et Genève compte 190 collaborateurs et a développé à ce jour plus d’1,5 million de m² de projet pour ses clients privés et publics. Nous intervenons sur toutes les typologies de produits immobilier : Bureaux, Etablissement d’éducation, Logements, Immeubles d’activités, Laboratoires et industriels, avec une très forte spécialisation sur l’immobilier d’entreprise (Sièges sociaux, immeubles de grande hauteur, hôtels et parcs d’affaires). Nos projets intègrent tous un haut niveau d’excellence de conception et de performance environnementale, à la pointe de l’évolution des modes de travail humains et technologiques.
Parmi nos projets emblématiques : la future Maison des Avocats (7.000 m²), avec l’agence RPBW, au pied du nouveau Tribunal de Grande Instance de Paris dans le 17e arrondissement de pars ; la réhabilitation lourde d’un bâtiment haussmannien, ancien hôtel particulier, situé au cœur du Quartier Central des Affaires avec l’agence DTACC ; La Tour Incity, de 40 000 m², première tour labellisée BBC dans le quartier des affaires de Lyon, réalisé avec Valode & Pistre Architectes ; et bien sûr, « Les Lumières Pleyel » pour lequel notre groupement a été désigné lauréat de l’appel à projets « Inventons la Métropole du Grand Paris », sur le site du franchissement Pleyel à Saint-Denis.

AA : Comment avez-vous développé votre collaboration avec l’agence Snøhetta ?

JD : Au vu de la qualité des agences qui accompagnent Sogelym Dixence dans ses projets, l’architecture est pour nous un puissant levier de création de valeur au service non seulement de la performance des bâtiments mais également de la qualité de vie des usagers. Lorsque nous avons réfléchi, longuement, à la création d’une équipe d’architectes pour répondre à ce défi du site du Franchissement Pleyel à Saint-Denis Pleyel, posé par la Métropole du Grand Paris et par le territoire de Plaine Commune, nous avions besoin d’un architecte principal capable d’emmener une équipe étoffée, non seulement par la force des concepts qu’il saurait développer mais également par sa capacité à collaborer avec d’autres architectes. Nous avions déjà été très sensibles au travail de Snøhetta sur l’opéra d’Oslo, le projet d’Annecy, sur Lascaux et bien évidemment sur New York mais n’avions jamais eu l’occasion de nous rencontrer. Le challenge n’était pas uniquement dans l’architecture mais aussi dans la capacité à animer, comprendre, faire dialoguer et intégrer les idées de chacun. C’est éminemment un problème d’hommes et de femmes, comme toujours – c’est une histoire de rencontre.
Lors des nombreux workshops que nous avons coordonnés, les réflexions proposées par Snøhetta, toujours centrées sur l’humain, ont très rapidement emporté l’adhésion du groupe. Leur travail remarquable en tant que paysagistes sur la topographie du parc central, sur une végétalisation à plusieurs échelles, a permis de donner une véritable colonne vertébrale au projet. Les Lumières Pleyel, c’est avant tout le résultat du travail d’une équipe, d’une méthode collaborative où l’individualisme n’a jamais primé sur le groupe, et ça, nous le devons beaucoup à Snøhetta.

AA : Comment envisagez-vous les mutations de votre secteur et quels sont, selon vous, les grands enjeux à adresser à horizon 2020 ?

JD : Notre secteur d’activité connait depuis plusieurs années, de profondes mutations. Il ne suffit plus de construire des immeubles de bureaux traditionnels ; il faut que les lieux de travail correspondent aux modes de vie des collaborateurs, et notamment des jeunes générations de plus en plus nomades. A horizon 2020, il est évident que le développement des espaces de co-working, les fablabs et la digitalisation des bâtiments va s’accentuer. Notre groupe est particulièrement sensible à cette recherche permanente d’innovation conjuguant excellence et révolution technologique. Ainsi, nous avons été précurseurs en matière de BIM (Building Information Model), une démarche novatrice saluée par un BIM d’Argent pour l’opération Ilot Fontenoy Ségur (restructuration lourde de 53.000 m² à Paris 7e) pour les Services du Premier Ministre, et les Hautes Autorités Indépendantes de l’Etat. Nous avons également engagé une démarche d’innovation aux côtés de start-ups dans les domaines de la construction, de la gestion et de l’occupation des immeubles.
Enfin, notre projet « Les Lumières Pleyel » sera l’occasion de mettre en œuvre de nouveaux concepts urbains liés aux mobilités douces. Nous allons développer une véritable smart grid à l’échelle de ce nouveau quartier de Saint-Denis. Cette approche très innovante reposera sur une solution digitale développée avec les meilleurs spécialistes de ces réseaux, qui agira comme un chef d’orchestre des systèmes énergétiques du quartier Pleyel, offrant une grande flexibilité sur tous les moyens de production, de distribution et stockage et d’effacement à l’échelle du site.

Pour plus d’informations sur Sogelym Dixence, cliquez ici.

 

Réagissez à cet article